Portrait Fabien, primeur fruits et légumes

La vente, un métier et une passion

Je suis primeur dans les fruits et légumes biologiques aux MIN de Nantes. J’ai 27 ans. La vente, je la fais depuis mes 15 ans. Mes parents avaient une ferme. On élevait nos volailles avec nos cultures. J’ai vu le marché, comment ça se passait. ça m’a plu direct.

Vendre du rêve avant de vendre un produit. A partir de 15 ans, j’étais déjà rendu sur les marchés, tous les week-end, avec mes parents. C’était d’abord pour me faire de l’argent et puis c’est devenu une passion. Une passion parce que j’aime le contact avec la clientèle. J’aime les gens en fait. J’aime bien pouvoir leur faire plaisir, leur vendre justement du rêve avant de leur vendre mon produit. Si je vends un produit c’est que j’aime mon produit. Et si j’aime mon produit, j’arrive à transmettre ça. C’est un peu de l’empathie peut-être ou je ne sais pas comment on pourrait le dire. La vente, c’est plus qu’un métier. C’est une passion. Je ne pourrais pas faire quelque chose enfermé quelque part, que ce soit sur ordinateur ou même en usine ou dans des bureaux, très, très cher payé, ça ne changerait rien. C’est vraiment devenu un choix de vie.

Des circonstances de chance et de choix. Demain, je signe tous les papiers et je rentre dans une nouvelle entreprise de fruits et légumes biologiques sur Nantes, en tant qu’associé. C’est des circonstances qui s’enchaînent à la fois de chance et de choix. Mon père voulait arrêter sa ferme. J’avais toujours dit à mon père que jamais je ne toucherai à sa ferme, jusqu’à mes 20 ans où il y a eu le déclic. Un matin, je me suis réveillé en disant “Ben tiens, je vais reprendre ça”. J’ai fait une formation agricole. J’ai obtenu une diplôme en gestion d’entreprise, de personnel et gestion d’exploitation agricole. Comme le projet est tombé à l’eau, j’ai cherché un nouveau travail sur le marché. C’était vraiment un besoin d’un métier pour vivre. Six personnes étaient prêtent à m’embaucher. Il s’avère que ça a été les fruits et légumes parce que j’ai fait au plus offrant. Ce travail était assez difficile dans un premier temps. Il n’était pas du tout en biologique, ce qui ne correspondait pas forcément à mes valeurs. J’ai travaillé pendant six mois avec eux. Ils m’ont présenté tous les fruits, tous les légumes. ils m’ont appris les prix, les marges, comment ça fonctionnait. Ils m’ont formé de A à Z. Cette entreprise a été un soutien énorme au niveau professionnel. Je ne les ai pas quittés pour une mauvaise passe.

Une place d’associé. En travaillant les fruits et légumes pas bio, mes mains se sont dégradées. Elles sont devenues noires, attaquées, partout. Là, j’ai commencé à me poser des questions. Ensuite, les associés de BIONANT sont venus me voir en me disant “On te veut chez nous absolument”. J’ai d’abord refusé, plusieurs fois, parce que l’autre entreprise m’avait vraiment sorti de la misère. J’ai fini par accepter la place d’associé qui m’apportait beaucoup plus de choses sur mes valeurs. J’adore la vision globale des choses, pouvoir prendre du recul et voir les évolutions possibles. Je n’aime pas regarder les choses se faire sans pouvoir les changer pour quelque chose qui me paraît mieux. ça c’est une certitude.

Je n’aime pas ne pas pouvoir entreprendre. C’est pourquoi je veux devenir patron et associé. J’ai appris à transformer les mauvaises choses en choses constructives pour mon avenir. ça a pris beaucoup de temps et je n’ai peut-être pas terminé encore aujourd’hui. Je veux les choses assez rapidement. Je veux qu’elles se fassent vite et bien.
Je ne me pose pas la question “Quel chemin je vais suivre sur le long terme ?”.

Fabien, Primeur fruits et légumes biologiques
7 mars 2016 - Saint-Même-le-Tenu